Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 13:12

L'association travaille à deux projets qui devraient s'inscrire dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre en Finistère.

 

Tranchées d'exercice

20120207_29800_019_petit.jpg

Si elles sont nombreuses, et parfois valorisées dans l'est de la France, les tranchées de la Première Guerre mondiale ne sont pas courantes en Bretagne. Pourtant, des tranchées d'exercice sont conservées à proximité de Landerneau (29). Elles étaient utilisées par le 19e régiment d'infanterie cantonné dans cette ville. Le site est demeuré en l'état depuis des décennies, servant de terrain de jeu à plusieurs générations d'enfants.

Le but de ce projet est de conserver les vestiges, de les valoriser (entretien, signalétique, reconstitution partielle) et de les intégrer dans une valorisation - notamment pédagogique - en réseau (carré militaire et ancienne caserne Taylor de Landerneau, champ de tir de Saint-Urbain, etc.). Quoi de mieux pour des scolaires étudiant la Grande Guerre que de visiter d'authentiques tranchées de cette époque ?

Ce projet est porté en collaboration avec l'association Dourdon dont l'objet est de préserver, sauvegarder et promouvoir le patrimoine des 22 communes du Pays de Landerneau-Daoulas.

Plusieurs exemples de tranchées d'exercice ont été étudiés et valorisés en Grande-Bretagne, témoignant ainsi des combats de la Première Guerre mondiale à des centaines de kilomètres du front.

 

Canon de 32c de 1884

Le second projet est de poids : 70 tonnes !

20100930_56290_057_petit.jpg

En 2010, l'association a attiré l'attention de la Communauté de communes de la Prequ'île de Crozon, qui pilote la Route des fortifications, sur le sort d'un canon de 32c (320 mm) de 1884 conservé sur le site de Gâvres (56). Faute d'un repreneur, ce canon était condamné au ferraillage à l'occasion de la fermeture du centre d'essais de la DGA.

Des canons de ce type ayant équipé plusieurs batteries de défense de côte de la région brestoise, il semblait opportun de conserver ce patrimoine qui témoigne notamment du savoir-faire de l'industrie française de la fin du XIXe siècle. D'où l'idée de le rapatrier sur un site de la Route des fortifications.

L'action menée a permis la mise à disposition du canon par le ministère de la Défense en 2011. L'étude technique et financière pour le rapatriement du canon est en cours, en lien avec le projet de réaménagement du site de destination.

Quel rapport entre ce canon de 1884 et la Première Guerre mondiale ? Ce type de pièce d'artillerie a été retiré des batteries brestoises en 1916 pour être engagé sur le front est. Ce canon est donc un authentique vétéran de la Première Guerre mondiale, à laquelle il a participé au sein de L'artillerie lourde sur voie ferrée (ALVF). Il a ensuite rejoint Gâvres où il a servi pour 189 tirs d'essais.

Si la presqu'île de Crozon conserve plusieurs centaines de fortifications du XVIIe et au XXe siècle, aucune ne présente de pièces d'artillerie en situation. Il s'agit pourtant d'un élément de médiation particulièrement intéressant pour le grand public.

Partager cet article

Repost 0
Published by Association Valoriser les Patrimoines Militaires